SPACE ZOO

 

La famille Lambda est une famille tout ce qu'il y a de plus banal : monsieur et madame les parents, leur grande fille, le petit dernier et même l'inévitable chien.
Banal c'est peu dire : les Lambda sont si banals qu'à côté d’eux toute autre famille passe pour excentrique, voire dysfonctionnelle. Ils sont à tel point conformes à la moyenne de toutes les statistiques imaginables, que cela fait sans doute d’eux la famille la plus standard du monde.
Pour résumer, les Lambda sont d’une banalité… exemplaire.

Et c’est précisément sur ce critère qu’ils ont été sélectionnés…

En effet, aujourd'hui, les Lambda déménagent dans une nouvelle maison, semblable à toutes les autres maisons d’une banlieue pavillonnaire. M. Lambda a trouvé un emploi dans un bureau en ville et Mme Lambda, professeur des écoles, a obtenu sa mutation dans un établissement à proximité.
Mais à peine la nuit est-elle tombée qu'une soucoupe volante apparaît dans le ciel et aspire pavillon et jardin à l'aide d'un rayon tracteur. Le mystérieux engin disparaît en emportant le tout, ne laissant dans le sol qu’un joli trou bien carré.
Et voici que les Lambda sont transportés à leur insu sur une autre planète, dans un environnement pavillonnaire identique… à la différence près que les maisons du voisinage possèdent chacune leur style propre, aussi varié qu’exubérant. Et pour cause : chacune de ces habitations abrite les spécimens les plus représentatifs de chaque monde connu de l’univers…
Cette planète est un immense zoo.

Contre toute attente, au matin, les parents Lambda ne remarquent rien ! Certes, ils ne sont pas très observateurs, mais surtout ils ont été élevés dans un tel respect affiché de la diversité qu'ils ne sont tout simplement plus capable de voir l’écart gigantesque qui les sépare de leurs voisins. Aussi, ils agissent comme à l’ordinaire dans leur nouvel environnement : ils se familiarisent avec le quartier, font des visites de courtoisie, ou découvrent leur nouveau lieu de travail.
Les enfants (et le chien), au contraire, s'interrogent beaucoup : le simple fait que les vaches semblent les surveiller est déjà troublant en soi, mais qu’en plus elles se tiennent debout et portent des combinaisons en aluminium ? Et le voisinage ? C'est une foire aux monstres ou quoi ?

Ils n’auront de cesse d’alerter leurs parents, mais M. et Mme Lambda, en plein déni de réalité bien-pensant, sont enchantés d'habiter un quartier si cosmopolite ! Et ils tiennent à inculquer à leurs enfants le respect des étrangers et de leurs coutumes et donc qu'on ne traite pas les gens d’extraterrestres ! Les voisins d’à coté par exemple - probablement des Uruguayens - sont des gens si charmants !

 … Il faut apprendre à vivre tous ensemble en harmonie.






L’envers du décor 

La Planète Zoo est une attraction très prisée par les habitants de la planète M3uh-M3uh. Ils y ont ramené les plus parfaits spécimens de chaque monde connu et reconstitué leur habitat naturel. Ayant à cœur (ou n’importe quel organe équivalent) un grand souci de réalisme, ils interagissent le moins possible avec leurs pensionnaires, les laissant aller et venir comme bon leur semble. En ce qui concerne l’alimentation par exemple, les M3uh-m3uhsiens se contentent de ravitailler les supérettes locales où les créatures iront faire leurs achats comme à leur habitude (les supérettes sont très répandues dans l’univers).

Qui dit zoo dit visiteurs. Comment les M3uh-m3uhsiens observent-ils ces créatures sans que cela ne vienne modifier leur comportement naturel ? Par chance, cela ne pose aucun problème : les M3uh-m3uhsiens ressemblent à des vaches. Des vaches habillées se tenant debout et prenant des photos, mais aux yeux de la plupart des pensionnaires ça n’en reste pas moins d’ordinaires et paisibles vaches. Oui, il y a des vaches sur toutes les planètes habitées : qui donc voudrait vivre sur une planète sans vache ?

Ainsi, les prés aux vaches entourés de clôtures électriques sont en fait des espaces visiteurs dont la sécurité est assurée par d’inviolables champs de force.

D’autres dispositifs existent pour épier les pensionnaires du zoo : M. Lambda est loin de se douter que si les "fenêtres" de son bureau tombaient en panne, il verrait, à la place d’un paysage urbain virtuel, des familles M3uh-m3uhsiennes en train de l’observer. De tels dysfonctionnements se sont parfois produits brièvement, mais fort heureusement M. Lambda avait le dos tourné.



La vie au zoo 

Les Lambda, comme la plupart des pensionnaires de la Planète Zoo, ne réalisent pas l'étrangeté de leur situation et se font rapidement à leur nouvelle vie.
M. Lambda se rend chaque matin à son bureau en ville et ne rechigne pas de temps à autre à aller prendre un verre le soir avec ses collègues. Mme Lambda dispense ses cours à une classe très hétéroclite dans l'école du quartier. Pendant leurs loisirs, ils se socialisent avec leurs voisins autour de barbecues, même si parfois certaines spécialités culinaires sont vraiment très exotiques à leurs yeux.Leurs enfants, eux, ont tout à fait conscience d'être sur une autre planète. Cependant, hormis éventuellement au premier épisode, leurs histoires ne tournent pas autour de tentatives de retour sur Terre. Après tout, ils ne sont pas plus malheureux là-bas qu'ailleurs : le jeune garçon fait des blagues avec sa bande de copains, et sa grande sœur ne semble pas insensible aux charmes des mauvais garçons, fussent-ils extraterrestres.
Pour autant, ils s’emploient régulièrement à tenter d'ouvrir les yeux de leurs parents, ce dispositif permettant de rappeler régulièrement le postulat de départ dans les épisodes.

 







 












 



All together now!

Cette série propose donc d’exploiter par l’absurde le thème du vivre ensemble malgré les différences.
On évitera toute niaiserie, d’une part parce que les autres habitants du zoo offrent une galerie de personnages totalement déjantés, dotés d'us et coutumes invraisemblables. Et d'autre part grâce à l'extravagance des parents Lambda, politiquement corrects à l'extrême, qui se bornent à refuser de voir ces différences.
Mais surtout, le maintien de l'harmonie dans le zoo constitue un véritable enjeu dans les épisodes.

Les pensionnaires du zoo sont sous surveillance constante des gardiens M3uh-m3uhsiens. Ils déambulent par deux dans les allées et on les distingue des visiteurs par leur mine patibulaire, leurs lunettes noires et surtout le fait qu'ils soient capables de produire des rayons paralysants grâce à leurs cornes, à la manière de Goldorak. Et gare aux habitants du zoo qui attirent leur attention…
En effet, si certaines créatures éprouvent du mal à cohabiter avec leurs voisins - quand ils ne cherchent pas à les dévorer -, la sentence est immédiate : la cage.
Si on ignore exactement quelles sont les conditions de vie dans cette fameuse cage, cette menace est très concrète pour les créatures qui ont conscience de leur situation, à l'instar des enfants de la famille Lambda.

Mais la cohabitation n'a rien d'évident : les Gkkkt ont tendance à provoquer des impulsions électromagnétiques à la moindre contrariété, les processions religieuses nocturnes de la famille Xubl'n génèrent des pluies de Jelly, les Flobok ont la désagréable habitude de prendre les toilettes des autres pour des relais spatio-temporels, etc. etc.
Et n'allons surtout pas croire que les terriens soient une référence de ce qui est "normal" aux yeux des autres : certains de nos comportements les plus ordinaires comme siffloter, porter du vert ou même avoir des cheveux peuvent constituer pour d'autres une gêne, voire une grave offense !

La résolution des problèmes créés par cette juxtaposition de cultures aussi diverses est cruciale.
Il faudra à tout prix trouver des compromis pour que l’harmonie demeure…